Toiture végétalisée : le choix du substrat adéquat

 

Un substrat n’est pas l’autre

Le substrat constitue la base ou en quelque sorte le terreau de votre toiture verte. Selon le type de végétaux souhaités, il sera plus fin ou plus épais. Les plantes aromatiques, herbes et plantes grasses poussent facilement sur un substrat de fine épaisseur. Pour un arbuste costaud ou un arbre, il faut, par contre, prévoir une bonne épaisseur de substrat, de sorte que celui-ci puisse prendre racine. De manière générale, on distingue deux types de toitures vertes :
  • Les toitures extensives ne nécessitent qu’une fine couche de substrat (environ 8 cm) et peu d’entretien.
  • Les toitures intensives peuvent accueillir des végétaux d’une hauteur moyenne ou élevée avec un substrat d’une épaisseur de 50 cm. Elles nécessitent cependant autant d’entretien qu’un jardin « ordinaire ».
Un substrat adapté à votre végétation assure, par ailleurs, le drainage des eaux pluviales en cas de fortes pluies.

Le sédum pour les toitures vertes extensives

Les toitures vertes extensives sont, le plus souvent, composées de sédum, une espèce rassemblant plus de 400 sortes de plantes grasses et aromatiques. Les sédums ne requièrent qu’une fine couche de substrat et connaissent une grande popularité en raison du peu d’entretien qu’ils nécessitent. La grande diversité de couleurs splendides confère aux sédums une plus-value esthétique. Vous pouvez en acheter dans des bacs pré-cultivés qu’il vous suffit de poser sur la toiture.

Substrat intensif

Pour les toitures vertes intensives, il faut utiliser un mélange de différents agrégats minéraux (terre moulue, argile, pouzzolane,…) enrichis en matières organiques et en fines particules. Ce mélange permet une meilleure rétention et répartition de l’eau. Selon la végétalisation souhaitée, l’épaisseur peut varier entre 15 et 50 cm. La structure de la toiture peut supporter une charge jusqu’à 800 kg par mètre carré. Durant les périodes sèches, le substrat et les végétaux doivent être arrosés comme un jardin ordinaire.
Retour haut de page